Histoires sans livre : Sleeping or not sleeping that is the question ?

Le cérémonial du coucher est une chose primordiale. Il prépare l’endormissement et place des repères temporels solides dans le rythme de l’enfant. En discutant avec les parents autour de moi, je me réjouis de constater que beaucoup prennent le temps de lire une histoire à /ou/ avec leur marmot. Rien de tel justement pour faire la marmotte par la suite.

Toutefois aujourd’hui je vous propose une activité un peu différente, que j’ai rodée sur mes 3 enfants, les enfants de mes amis lors de soirées : l’histoire sans livre.

Cela parait simple mais c’est très interactif et demande un peu d’imagination à nos têtes déjà encombrées de listes de courses, de problèmes au boulot etc… Donc 2 effets kiss-cool à connaitre avant de pratiquer : cela endort votre enfant, mais aussi probablement vous.

Tout commence en poussant la montagne de doudous, de poupées, Lego et livres bien au bout du lit. Je tente de trouver une position confortable avec ma fille dans le lit : déjà une épreuve. Le truc sympa est que l’on peut s’allonger tous les 2 puisqu’il n’y a pas de livre à tenir, et que l’on peut ne laisser que la veilleuse. Ensuite, je mime l’ouverture du livre virtuel, me mouille le doigt pour tourner la première page, et c’est parti.

Ma fille commence elle-même l’histoire en déclarant solennellement : «  c’est l’histoire de  Pen-Pen qui…. » Environ 2 phrases plus tard, à mon tour de broder… Au fil du temps, les histoires se sont précisées, les personnages se sont matérialisés, j’ai éliminé les moins croustillants, j’ai baillé voire bavé en quantité.

Cela fera l’objet d’articles futurs, mais mon personnage principal est un pingouin « Pen-Pen » et sa copine « Pin-Pin » (oui je sais… ce n’est pas trop un nom de personnage d’histoire pour enfant, plus celui d’une stripteaseuse de Las-Vegas; mais désormais je suis coincé : 3 enfants et 14 ans que ça dure !)  Il leur arrive plein de péripéties accompagnés leurs amis Igor, l’ours blanc très pataud et costaud qui parle avec un accent russe, Grichka et Bogdanoff ses cousins (pas refaits du menton eux) dont l’un finit toujours la phrase de l’autre et enfin Sammy le singe qui répète toujours 2 fois ses phrases de sa petite voix fluette. Oui, un singe sur la banquise ça existe et existera de plus en plus grâce à Donald Trump ! #jeniquelaplanèteetjassume

Je sais qu’en fin de journée, cela vous demandera des trésors de patiente, des capacités d’acteur pour  changer les voix, trouver des situations cocasses, etc… A vous d’aller chercher les dernières forces qu’il vous reste dans la bataille.

Parfois je me sers de cette activité à des fins plus subtiles. Quand ma fille a fait une bêtise, ou qu’il y a eu un événement marquant ou désagréable durant la journée, je le reformule dans l’histoire. La vertu moralisatrice n’est pas trop lourdingue, elle prend indéniablement du recul  par rapport à la situation et élimine une partie du stress avant l’endormissement. Cool non ?

A vous de tester, et faites-moi part de vos meilleurs personnages et histoires.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

UA-96182719-1