Si elle gagne… je me suicide au sirop d’érable

Ah, quel autre dimanche matin pourra se vanter d’avoir été si fébrile et inquiétant.

Je ne saurais expliquer l’air lancinant qui trotte dans ma tête : « Ca m’a pris par surprise…quand j’n’étais qu’un gamin…J’regardais tomber les nuits et j’en attendais rien… » Pourtant Dieu sait combien l’univers de Goldman et de Barbie Facho sont distants, voire antinomiques.

Enfin, rien de tel dans cet état d’esprit morose que de bons pancakes tout chauds qui vous ragaillardisent. De plus : la vraie recette américaine. Ah non, v’la que je pense à Trump maintenant. Zut.

Voici ma recette :

  • 500 ml de lait
  • 3 œufs
  • 250 g de farine
  • 1 cuillère à café de bicarbonate (ou l’équivalent en levure chimique)
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1/2 cuillère à café de sel
  • 40 g de beurre fondu

On met tout dans le blender et on réveille toute la famille avec le bruit assourdissant. Après tout, pourquoi être le seul debout de si bon matin ?

Du beurre fondu dans une poêle bien chaude. J’utilise une cruche pour verser dans la poêle, mais je ne critiquerai pas les inconditionnels qui lorgnent sur leur louche. (Note pour moi… peut-être ne plus jamais utiliser de métaphore oculaire si Marine passe, son père reste si susceptible !)

Voilà, ceux qui n’ont pas ouvert un œil (ah merde encore une j’y arrive pas) à cause du blender, ouvriront une narine dès les premières poêlées.  Un petit plaisir de la panse et de la vie, en pensant rester en vie après 20 heures ce soir.

PS : Merci à Elisabeth L. qui m’a inspiré ce titre

 

You may also like...

1 Response

  1. Delphine says:

    Elle a perdu (et encore, quel score !), du coup on s’empiffre quand même de crêpes au sirop d’érable non ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

UA-96182719-1